Archives du mot-clé Chrome

Quatres raisons pourquoi Google cartonne toujours

Vous trouverez ci-dessous une traduction d’un billet de Paul Buchheit, fondateur de services comme Gmail, Friendfeed ou AdSense. Cet ancien Googler -aujourd’hui Business-Angel- revient sur 4 raisons expliquant en quoi Google est toujours une entreprise qui « cartonne » aujourd’hui. Je me suis permis d’ajouter des liens vers les billets correspondants. Le billet original est intitulé : Four reasons Google is still awesome.

Mes prédictions récentes sur les produits Google qui vont réussir (et ce ceux qui subiront un échec) font penser à certaines personnes que je suis anti-Google, ce qui me rend triste, car Google est sans doute toujours la meilleure entreprise -de sa taille- et j’ai vraiment apprécié mon de temps là-bas.

Malheureusement, les histoires positives ne sont jamais aussi populaire que les négatives, mais peu importe; il est utile de souligner certaines choses qui continuent de différencier Google comme l’une des meilleures entreprises de technologie.

1 – Ils prennent de gros risques. Les gens désignent souvent des projets tels que Wave comme une preuve que Google a « perdu sa magie ». Pour moi, c’est la preuve qu’ils sont toujours prêts à prendre des risques sur de nouvelles idées et de nouvelles façons de faire les choses (Wave a été géré comme un projet complètement autonome en Australie). Si tout ce que vous faites fonctionne, alors vous ne prenez pas beaucoup de risques et n’êtes pas très innovant non plus. Évidemment, si tout ce que vous faites est un échec, ce n’est pas bon non plus, mais il ya un juste milieu. Google dispose de suffisamment de grands succès, tels que Chrome et Android, pour montrer qu’ils sont quelque part près de celui-ci.

2 – Ils sont prêts à construire de nouvelles technologies apparemment sans rapport avec leur métier de base. Lorsque nous avons commencé à travailler sur Gmail, beaucoup de gens disaient que c’était une distraction et que Google devrait se concentrer sur la recherche web. Maintenant, personne ne remet en question l’e-mail, mais ils se demandent pourquoi Google développe des voitures auto-conduites. Du point de vue du marché, cela ressemble à un manque d’attention, mais c’est une manière plutôt étroite de voir les choses. Avec une perspective plus large, cela peut être considéré comme mettre l’accent sur l’utilisation de la technologie pour améliorer le monde. Est-ce que Edison ou Tesla ont été critiqués pour inventer trop de choses différentes ?

Du point de vue des employés, ces projets « non-core » sont aussi une opportunité pour une plus grande autonomie. Une partie de ce qui a rendu le projet Gmail si amusant, c’est que nous avons eu beaucoup d’indépendance et que nous pouvions poursuivre des idées que d’autres personnes à l’intérieur de Google pensaient être « la mauvaise façon de le faire ». La plupart des autres entreprises de haute technologie ne proposent pas ce genre de liberté.

3 – Ils sont en concurrence de manière positive. Beaucoup d’entreprises entrent en concurrence avec des méthodes qui en fait, détruisent de la valeur, comme l’utilisation de procès sur des brevets déposes; afin de ralentir ou de tuer les concurrents. L’arme de choix de Google est plus souvent l’open source et l’utilisation de standards ouverts. Il ne fait aucun doute que des projets comme Android et Chrome ont une valeur stratégique et travaillent à affaiblir Microsoft et compagnie, mais ils se trouvent également être bon pour le monde. Google a réussi à maintenir ses intérêts étonnamment en ligne avec ceux de leurs utilisateurs.

4 – Ils ne semblent pas rejeter la critique honnête. Je suis en train de lire un projet de livre à paraître sur Google, et j’ai été de retrouver  un e-mail que j’ai envoyé en 2000 dans lequel je « saquait » l’un de nos plus récents lancements de produit. C’est douloureux pour moi de ne pas dire aux gens ce que je pense, donc pour la plupart, j’essaie de trouver des gens qui ne sont pas dérangés d’entendre la vérité (ou mon avis sur la question, plutôt). Une grande partie de mon interaction avec les start-up se compose de mon avis sur tout ce que je n’aime pas de leur produit (et souvent ils me remercient!). J’ai travaillé pour un grand nombre d’entreprises différentes, et Google a été la seule où parler franchement n’as jamais semblé causer de problèmes. Je ne prétends pas que j’ai toujours raison, parce que, évidemment, ce n’est pas le cas; mais les systèmes (ou individus) qui ne sont pas prêts à recevoir des commentaires négatifs sont condamnés. Les cultures qui ne rient pas d’eux-mêmes sont elles aussi condamnées.

Parler de Google est toujours un peu délicat pour moi étant donné mes antécédents, mais ils continuent d’être une entreprise fascinante et une grande source d’enseignements intéressants, alors je vais continuer d’essayer. J’espère que je ne me démarquerai pas comme un ennemi ou fan-boy, mais un simple observateur de bonne foi.

Traduction du billet de billet de Paul Buchheit : Four reasons Google is still awesome.

Immersion chez Google – Semaine 1

Comme vous le savez peut-être déjà, je suis chez Google depuis le 29 mars ou je bosse en tant que « Online Sales and Operations Account Manager ». Pour faire simple, il s’agit de fournir du support et conseils auprès de petits et moyens comptes pour Adwords. Le poste est un CDI basé au siège Europe de Google à Dublin. Je profite de mon blog pour partager avec vous mes premières impression sur cette (courte) semaine d’intégration.

L’environnement de travail

Google Entrance (c) Pedro Miguel MarzagaoLes bureaux sont situés dans le sud-est du centre de Dublin, à environ 20 minutes de marche du Temple Bar. Tout est fait pour que l’ambiance de travail soit plutôt relaxe et agréable à vivre : nourriture gratuite à tous les étages, deux cafétérias plutôt haut de gamme avec bar à sushis (entre autres), pleins de petit coins relax pour s’isoler. En fait, le truc vraiment agréable, c’est le fait que Google reconnaisse que l’open space c’est pas forcément très fun, et donc offre la possibilité de s’isoler; tant en fournissant un casque pour écouter de la musique, qu’en allant bosser assis sur un canapé.

Nous avons aussi accès à des salles de jeux, billards, babyfoot, cabines téléphonique pour appeler partout dans le monde (même sur les portables) etc etc. Pleins de petits trucs qui rendent la vie à Google plutôt sympa.

Je suis arrivé en même temps qu’une trentaine d’autre nouveaux Googlers, ici appelé « Nooglers », des quatre coins du continent. Comme je l’ai souvent entendu ici : « tes premiers mois en tant que Noogler, c’est comme un échange Erasmus, sauf que en plus, tu es payé ». J’ai en effet, maintenant un emploi du temps plutôt chargé en formation sur les différents produits. La journée ressemble donc à : petit dej (chez Google, oui ils font aussi les petits dej), formations toute la journée, et puis vers 6h30 sortie pour prendre un pot. Un vrai Eramus, je vous disais !

The Google Way, une impressionnante culture d’entreprise

Au bout d’une semaine d’intégration, on comprend vraiment que Google est un peu comme une grande famille. Tout ce qu’on fait est par défaut accessible à toute l’entreprise : objectifs personnels, documents, profils etc. L’entreprise comprend aussi une foultitude de projets géré par les employés, du cours de Taekwondo à la mission humanitaire. Les process sont apparemment les mêmes dans chaque pays. Même organisation des équipes, bâtiments etc… un employé peut en théorie accéder à tous les bureaux de Google avec son badge : Ain’t it cool ? Free Food all over the world.

L’un des élément les plus frappant en arrivant chez Google, c’est le fait que l’ensemble des logiciels utilisé par le grand public, est aussi utilisé en interne. Ou l’inverse : le publique utilise des services à la base conçus pour répondre à un besoin interne. Ainsi, nous utilisons, avec leurs avantages comme leurs inconvénients Gmail, Calendar, Groupes, Sites etc. Du coté des avantages, rien n’est vraiment installé sur les machines, il est donc possible d’avoir un PC, comme un Mac, ou même GNU-Linux. Étant un aficionados de Gmail, c’est un véritable plaisir d’utiliser Gmail comme messagerie principale. Je ne connais pas beaucoup d’entreprises utilisant Google Aps, c’est pourtant une véritable libération de mettre Outlook à la poubelle.

L’intégration permet aussi de comprendre un peu plus la stratégie de Google. Si Google propose autant de services variés, notamment aux USA, c’est en fait pour faire pousser l’arbre sur lequel il est assis. Par exemple, en lançant Google Chrome (le navigateur) l’objectif n’est pas de prendre des parts de marchés à Microsoft (ou même Mozilla) mais bien de redéfinir les priorités de développement. Google à besoin que les pages s’affichent plus vite pour que ses nombreux services en ligne fonctionnent et, étrangement, l’argument clé de chrome c’est la rapidité. En conséquence, aujourd’hui, tous les navigateurs se battent pour afficher les pages le plus vite possible, et donc Google a réussi son coup, même si chrome stagne à 1% de pdm.

Si vous y réfléchissez bien, l’objectif d’Android c’est bien que les OS mobiles proposent un navigateur ouvert, plus que de concurrencer Google. Pareille pour la fourniture d’accès à internet ou l’électricité etc etc. Plus le gâteau de l’internet sera grand, plus la part de Google sera large. L’objectif est donc bien de donner accès aux web à un maximum de personne sur la planète, qui probablement consommeront des services Google.