Non le CD n'est pas mort!

Il y a deux semaines, je me suis surpris à commander deux albums d’Arcade Fire en ligne. Nostalgie du CD? Sentiment de culpabilité par rapport à un groupe que j’adore et que je n’avais pas encore rémunéré pour sa musique?

Comme trop de gens le pensent, l’industrie du disque comme on l’entend n’est pas morte, même si en effet, la vente de musique sous le format CD à très fortement diminué. Je me souviens d’une phrase du jury de la Nouvelle Star, Philippe Manœuvre, qui résume bien mon sentiment : « Je suis étonné par la culture musicale des jeunes d’aujourd’hui, ils connaissent tous les styles et on accès à toutes les musiques du monde en un clic ». Internet (et donc le piratage) à permis d’ouvrir l’esprit des auditeurs : nous sommes en effet bien loin du temps où nos parents devaient faire le tour de toute(s) la/les villes pour trouver un ou deux vinyles. J’irai même jusqu’à dire que les jeunes d’aujourd’hui n’ont jamais autant écouté de musique.

Le CD dans ma main, j’ai refait des gestes que j’avais oublié: déballer le CD de son blister, mettre la galette dans ma chaîne HIFI, lire le bouquin avec les paroles et introduction du groupe Canadien. Je suis un gros consommateur de musique (en et hors ligne). Je mets bien 20€/mois dans iTunes, et maintenant rachète des CD. Je considère donc payer mon tribu à la production musicale. Au delà du débat iTunes/iPods ou MP3/Ogg il est intéressant de se demander quel est l’avenir du Compact Disc.Selon l’institut de recherche Forrester, le marché de la musique numérique devrait dépasser le CD d’ici 2013.  La question est donc de savoir jusqu’à quel niveau. Ma théorie est la suivante: la population (dont je fais partie) qui a téléchargé toute sa jeunesse, arrive petit à petit à un revenu décent. Ainsi, une personne qui aime vraiment un groupe, même si elle a téléchargé illégalement, aura envie de s’offrir un beau CD avec la pochette. Devant la multiplicité des formats, et la dématérialisation de la musique, le CD est une valeur refuge. Il est rassurant d’avoir ses albums préférés sur galette, ainsi pas de problème de crashs de disque durs, de DRM (verrous numériques), de musiques qui disparaissent (Deezer et Spotify). Aussi, il faut le reconnaître, la qualité de la musique est supérieure en CD car non compressée. Le plus important reste le sentiment de possession, qu’il est plutôt difficile d’avoir avec internet.

Au niveau prix, c’est encore complètement inégal. En ligne, le modèle de prix unique est en train de voler en éclats. Les majors font pressions pour monter les prix, et iTunes a cassé le prix unique de 0.99€ par titre et 9.99€  par albums pour une tarification plus flexible. Ainsi, les nouveautés seront plus chères (1,29€) que les grand classiques (0.69 ou 0,99€).  L’assouplissement de la grille tarifaire ouvre la voix à de nouvelles offres (Bundle, accès premium…). Hors-ligne, les prix des albums ont globalement baissé, mais sont toujours plus chers qu’en ligne. Cela parait logique, les frais de production et de distribution étant plus élevés. Cependant, un prix plus élevé pousse également à aller le télécharger en ligne (donc illégalement).

Sandisk SlotmusicA terme, je pense que le CD peut disparaître, mais il devra être remplacé par un autre support. Une piste intéressante aux US est le SlotMusic, qui en gros remplace le support CD par une carte SD. Il est ainsi possible de l’insérer directement dans les baladeurs et téléphones portables. Au niveau du contenu, c’est le néant: même si les DRM ne sont plus présents, la musique est compressée et je ne vois toujours pas où est l’intérêt comparé à un mp3.

Pour renouveler le CD, il faut que le support soit un standard dans l’industrie (la carte mémoire est une bonne idée) et qu’il soit présent dans tous les lecteurs (chaînes, autoradios, baladeurs mp3, téléphone). Comme avec le CD, l’intérêt est d’emprunter le support et de l’écouter directement dans sa voiture. Au niveau du contenu, comme je l’expliquais dans Musique et Cinéma Vs Internet: inspirons-nous des offres illégales. Des interviews, les paroles des chansons, des versions exclusives enfin tout ce que les fans cherchent sur le Web, mais directement sous la main.

Imaginez un peu: vous commencez l’écoute de votre album favori dans la voiture, puis en arrivant chez vous, insérez la carte dans la TV, et là, l’écoute continue mais en plus affiche les clips, avec les paroles synchrone. Plus tard, sur votre Netbook vous avez accès au fan club, dates de concerts etc. Avant de prendre le bus, vous voulez copier l’album dans votre iPod: vous insérez la carte, et votre baladeur vous propose d’importer la version compressée (déjà présente sur la carte). Le tout standardisé et libre afin d’assurer la pérennité des données et une compatibilité exemplaire.

En fait, les pistes sont infinies. En avez-vous d’autres?

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *