No Place to Hide – L’affaire Snowden par Greenwald

No Place To Hide BookJe viens de finir de lire ‘No Place to Hide’, un livre de Glenn Greenwald qui retrace l’épopée de Edward Snowden, le Whistle blower ou lanceur d’alertes qui est a l’origine des révélations de plusieurs programmes de surveillance de masse comme PRISM aux USA ou Tempora en Angleterre.
Greenwald, l’auteur de ce livre est le journaliste qui a travaillé avec Snowden afin de mettre en perspective les nombreux documents que l’ancien employé de la NSA et CIA a récupéré.
La première partie de ce livre est digne d’un roman de Tom Clancy: elle retrace la progression de Snowden au sein des services secrets américain, la facilité avec laquelle il a pu accéder et exporter ses informations classée top secret et enfin la fuite vers Hong-Kong puis la Russie. C’est clairement addictif et donne un exemple concret de l’espionnage moderne et du travail des services de renseignement aujourd’hui.
Le journaliste explique au passage les raisons qui ont poussé Snowden à agir, la difficulté de partager ses découvertes au grand public et l’importance des journaux/journalistes dans cette affaire.

La deuxième partie du livre est plus explicative sur les techniques de collecte d’information à grande échelle, les dangers de la surveillance et l’incapacité de nos démocraties/journalistes à demander des comptes aux gouvernements.
Le fond de cette partie est aussi passionnant que terrifiant: la démocratie demande des comptes et de la transparence aux dirigeants, elle offre aussi le respect de la vie privée à ces citoyens. Le point de Greenwald est qu’aujourd’hui la situation n’a jamais été aussi inversée.
Il note aussi que la surveillance des réseaux est nécessaire, mais elle doit être qualifiée et ciblée… ce qui est à l’opposé de la méthode actuelle ou les services secret se branchent sur les câbles sous-marins et espionnent tout ce qui y passe.
Je retiens que les commissions d’enquêtes ont révélés qu’aucune attaque anti-terroriste n’avait été empêchée grace a ce dispositif, et que le nombre d’américains qui meurent de terrorisme est équivalent à ceux qui meurent noyés dans leur baignoires. Ces pratiques, semble clairement disproportionnées.

L’élément à retenir, c’est que tout le monde est mouillé dans cette histoire: USA, Canada, Angleterre, Australie Nouvelle Zélande. La France procède de la même manière, mais nous ne sommes pas au courant. Le gène provient du poids des états-unis dans l’internet mondial. Il est probable que vos statuts Facebook soient dans une base de données des services secret américains.

Le plus inquiétant pour moi reste la manière dont les politiques et journalistes ont couvert cette affaire. On mesure une démocratie par la manière dont celle-ci traite ses adversaires. Dans le cas de Snowden, Manning, Assange ce n’est vraiment pas gagné.

Loading Facebook Comments ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *