Les Entreprises face aux Réseaux Sociaux

Depuis le début de mon stage chez AD-referencement, beaucoup d’amis me demandent « mais finalement tu fais quoi à Roubaix? ». L’agence pour laquelle je travaille s’est spécialisée sur une technique utilisée en référencement naturel (non payant): le Net-linking. Un deuxième aspect sur lequel je travaille est le SMO pour Social Media Optimization (et non Sado Maso de l’Optimisation). Pour être plus précis: comment s’impliquer et agir avec les réseaux sociaux en tant qu’entreprise. D’une part les entreprises sont souvent perdues dans ce domaine; de l’autre, l’arrivée des Réseaux Sociaux représente une nouvelle opportunité de croissance en référencement et en relations publiques. Ainsi, il est possible d’augmenter la popularité d’un site en utilisant  intelligemment ces réseaux. La logique voudrait que l’on soumette un maximum de liens vers Monsite.com. Plus le site possède ce type de liens (backlinks) plus il remonte naturellement dans Google, un peu comme le netlinking. Ce n’est pas aussi simple: le spam existe aussi sur les réseaux sociaux, et inonder un forum de liens serait donner le bâton pour se faire battre, ou lyncher sur la place publique en termes d’image. Il ne faut pas faire n’importe quoi!

_

Pour jouer dans la cour des Réseaux Sociaux, plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Je reprends ici les principes d’un excellent livre sur le sujet écrit par des chercheurs de Forrester Research the Groundswell. Groundswell ou lame de fond en anglais, est définie comme:

« A social trend in which people use technologies to get the things they need from each other, rather than from traditional institutions like corporations »

Cette vague de fond est inévitable, nous sommes tous dans sont courant depuis plusieurs années maintenant. Logiquement, les entreprises qui l’évitent feraient mieux de plonger dedans, si elles ne veulent pas se noyer: même si vous ne vendez rien sur internet, les consommateurs peuvent revendre vos produits entre eux, sur Ebay. Quand les consommateurs peuvent se passer d’entreprises; c’est toujours mieux de jeter un œil sur les canaux qu’ils utilisent.

Aussi, les consommateurs ont tous les outils pour parler de vous et de votre marque. La question est de savoir si vous avez les outils et la capacité pour les écouter et être  à leurs cotés. Pourquoi? Parce que les utilisateurs parlent, se fédèrent en communauté, donnent des avis, rédigent des articles, notent les produits, partagent avec leur amis… ils sont sociaux. L’entreprise se doit donc d’être sociale à son tour.

Mais alors, quel mode d’emploi pour plonger dans la vague des réseaux sociaux? La technologie est trop souvent le premier réflexe, alors que c’est la finalité : « Tiens, je vais créer un blog pour ma boite » ou « tiens je vais me créer un page Facebook ». Surtout ne pas aller trop vite, prenez le temps… Toujours extrait de Groudswell, 4 étapes sont nécessaires pour réussir (synthétisés par l’acronyme POST) :

  1. People: What are your customers ready for?
  2. Objective: What are your goals?
  3. Strategy: How do you want your relationships with your customers to change?
  4. Technology: What applications should you build, or invest in…

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs,  l’important est de savoir de où vous partez. Il est capital de connaitre vos clients, savoir quels comportement ils ont sur internet, comment ils l’utilisent. Pour vous aider, un petit outils démographique très intéressant ici. Aussi, si vous ne l’avez pas déjà fait, il est intéressant de taper votre nom ou entreprise dans Google et voir ce qui y remonte (nombre de pages et pertinence des sujets). La stratégie à adopter se base en grande partie sur l’écoute: savoir ce qu’il se dit, sur quelle plateforme, sur quel sujet à quelle fréquence, et si c’est plutôt positif ou négatif… Avec toute cette information, il sera plus facile de cibler et quantifier vos attentes.

Un nouveau marché est en train de se créer sur cette veille de marque. Les solutions proposées sont des agrégateurs (comme Netvibes) qui scannent les réseaux et remontent tout ce qui se dit sur certains mots clés (une marque ou un nom par exemple). Une solution française existe c’est Trendybuzz bien sur beaucoup sont déjà présentent aux US: Radian6, Trackur les prix varient de $500 à $1500 par profil d’entreprise. Ainsi il est possible de surveiller un buzz, un concurrent, des produits, un marché, à peu près tout ce qui peux être défini par un mot clé. Certaines technologies sont encore plus avancées et permettent de contacter les auteurs (de blog ou de commentaires) et de les classer par influence.

Cette étape n’est qu’un début, j’aurais surement l’occasion de réécrire sur ce vaste sujet. Si vous voulez plus d’informations, un blog entier est consacré aux Médias Sociaux. Sinon je vous conseille vivement le livre cité plus haut.  Mon prochain billet sera sur le contrôle de l’image ou Online Brand Reputation. Sinon vous en êtes où à ce niveau la? Vous êtes vous déjà « Googleisé »? Avez vous déja eu des bonnes ou mauvaises surprises en termes d’image?

Pour plus de lecture:

– 9 reasons you need Social Media Marketing in 2009 ici

– 8 essential free Social Media monitoring tools ici

– le blog d’un autre livre interessant sur le sujet ici

Loading Facebook Comments ...

3 réflexions sur « Les Entreprises face aux Réseaux Sociaux »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *